Il y a une activité que je déteste particulièrement. Mon physique de brindille vous a sans doute déjà mis la puce à l'oreille...

29

 

En effet, je ne suis vraiment pas sportive ! Je ne garde donc pas un bon souvenir de mes cours d'EPS au collège puis au lycée. Les seules fois où mes professeurs me voyaient sourire, c'étaient à la fin de leur cours quand je pouvais retourner me changer aux vestiaires ! Volley, basket, badminton, saut en longueur, relais, lancer de javelot, natation... rien ne me convenait. Je n'arrivais pas à courir vite, n'avais pas une grande force physique et surtout... un énorme problème de coordination et d'évaluation des distances ! Je m'embrouillais dans mes mouvements, levais toujours les bras trop tard pour attraper le ballon, visais à côté, bref, j'étais le genre d'élève qu'on choisit toujours en dernier quand on forme les équipes !

La seule discipline où je me défendais un peu, c'était la course de fond. Apparemment, j'ai quand même un peu d'endurance. Le hic, c'est qu'on en faisait rarement.

30

 

Je crois que ce que je détestais le plus, c'était l'acrogym. Cette discipline où il faut créer des pyramides et qui m'a valu des séances chez l'ostéopathe.

Pour mon bac d'EPS, chaque élève devait être un certain nombre de fois voltigeur (celui qui est porté) et porteur (là pas besoin d'expliquer). Cela peut paraître équitable mais en fait, ça pousse à faire des choses qui ne sont pas du tout adaptées à la morphologie des élèves. Dans le cirque où les acrobates sont bien entraînés et en grande forme physique, ça peut être envisageable mais quand on est un poids plume comme moi de 45 kg sans aucune musculation et qu'il faut supporter le poids de filles de 10 ou 15 kg de plus sur son dos, bonjour les dégâts ! Je me souviens d'une figure où je devais m'agenouiller pour qu'une fille monte sur ma cuisse pour ensuite grimper sur mes épaules et tenir en équilibre dessus. L'après-midi même, j'avais rendez-vous chez l'ostéopathe qui m'a remis le dos en place...  et qui a découvert au passage que ma hanche s'était légèrement déviée quand ma camarade avait pris appui sur ma jambe pour monter sur mes épaules. J'ai entendu un gros clonk ! quand mon articulation a été remise en place.

Le sport est censé être bon pour la santé mais les cours d'EPS étant communs pour tous les élèves, certaines morphologies pâtissent plus qu'autre chose de ces exercices physiques.

31

 

32

 

N'allez pas croire que je n'avais plus aucune activité physique non plus ! J'aime beaucoup me promener et il m'arrive de faire des balades de 8 ou 10 km. De plus, mes années en Cité U ont été l'occasion de gravir beaucoup de marches ! Monter et descendre plusieurs fois par jour les 4 ou 5 étages selon les années, parfois chargée de ma valise ou des courses, mine de rien, ça entretient.

Malheureusement, ce n'était pas suffisant dans mon cas. Un matin cet été je me suis réveillée avec le dos complètement bloqué ! Par moment, je ne pouvais même plus me lever et quand j'y arrivais, je marchais tout doucement en me tenant le dos et en prenant mille précautions, comme une grand mère de 90 ans souffrant de d'arthrose. Mon médecin traitant m'a donc prescrit des anti-inflammatoires puissants pour soulager la douleur et le lendemain, un ostéopathe m'a décoincé le dos, ouf !

Par contre, ils m'ont aussi prescrit quelque chose qui, sur le coup, m'a moins fait plaisir...

33

 

En gros, si j'ai bien compris, j'ai le dos si peu musclé qu'il n'y a presque rien pour le maintenir, ce qui fait qu'il se coince facilement. Ils m'ont tous les deux affirmé : "Si vous êtes déjà dans cet état à 23 ans, ce sera pire dans 20 ou 30 ans si vous ne faîtes rien !"

Bon, me voilà obligée de me faire une raison. Je m'attendais à ce que des médecins me prescrivent des médicaments mais du sport !

Enfin, vu que je n'ai aucune envie de me bloquer de nouveau le dos comme ça ni que mon état empire, je vais suivre leur conseil.

34

 

Voilà des activités qui me conviennent mieux. Maintenant, j'espère vraiment que ça va marcher !