Cet été, nous avons délaissé la Normandie pour la Mayenne.

21

 

On s'est un peu demandé ce que l'on allait manger à midi. Pas de soufflet pour démarer le feu, pas un poil de vent pour nous aider... On a bien essayé de souffler nous-mêmes sur les braises : tout ce qu'on gagné c'est d'avoir la tête qui tourne ! Finalement, on a fait avec les moyens du bord : mon père et moi nous sommes relayés avec la pompe à vélo que l'on avait heureusement apporté. C'est comme ça que l'on s'est retrouvé à pomper comme des Shadoks pour faire cuire le déjeuner mais les flammes se faisaient toujours très timides. On a alors changé de technique et utilisé l'huile d'olive ! Quand on voit comme on galère pour allumer un feu, je me demande comment on fait les hommes préhistoriques pour se débrouiller avec leurs moyens rudimentaires... Respect !

22

 

Alors qu'on en était à se demander si on allait pas devoir recourir à des moyens plus mystiques : esquisser une danse du feu (il paraît qu'il y en a une pour la pluie, pourquoi pas pour le feu ?); faire usage de l'Ancien langage, comme dans Eragon, en disant "Brisingr" ou encore demander l'intervention du fantôme d'un rockeur, mon père a finalement réussi tout seul à allumer le feu. Ouf ! On a pu manger ! Heureusement, les jours suivants, ça a été plus facile.

De toute façon, on s'est retrouvé pendant cette période en alerte canicule avec certains jours des températures allant jusqu'à 35° C alors pas besoin de créer de la chaleur supplémentaire avec un brasier.

23

 

En découpant ainsi nos journées, on a quand même réussi à profiter de nos vacances. Le soir, on allait aussi marcher le long de la Mayenne (le gîte se trouvait juste au bord de la rivière ce qui était très pratique). Cependant, le fait de ne pas pouvoir sortir les après-midi où la chaleur était vraiment trop forte a eu une conséquence que je n'avais pas prévue en préparant mes bagages...

24

 

Pour 15 jours de vacances, j'avais emmené un roman déjà un peu commencé (mais qui faisait quand même plus de 700 pages) et téléchargé un e-book sur mon téléphone portable au cas où. Je pensais être large mais il a bien fallu que je m'occupe pendant ces longues heures confinées à l'intérieur du gîte ! Nous avons donc profité d'une excursion à Laval la deuxième semaine pour nous réapprovisionner en lecture. Sauvées !

25